Aviation

« De toutes nos infériorités, c’est certainement celle de l’aviation qui a été le plus cruellement ressentie sur le champ de bataille ». Ces propos que le général Georges, ancien commandant en chef sur le Front du Nord-Est tenait à l’instruction diligentée par la Cour suprême de Riom en Octobre 1940 suffisent à inscrire l’aviation au premier rang des investigations à conduire dans une recherche des causes et conditions de l’étrange défaite.