Quand la Royal Air Force préparait la guerre contre la France

 « Si vis pacem, contra gallos  para bellum » : on l’a bien oublié aujourd’hui, c’est dans cette variante que l’Angleterre des années 1920 entendait la célèbre maxime inspirée de Végèce[1]. La solidarité des alliés d’hier avait rapidement fait place à un climat d’incompréhension et de méfiance. A la déception française face au refus britannique de s’engager pour défendre les acquis du Traité de Versailles, répondaient les préoccupations anglaises à l’égard d’un risque d’hégémonie française en Europe. Ce que l’on connait moins, c’est l’émergence outre-manche de l’idée d’une menace française, thématique nourrie et exploitée en particulier par une Royal Air Force luttant alors pour sa survie dans un climat de restrictions budgétaires et de concurrence entre services.

Continuer la lecture

Le Plan Schlieffen (1905) n’est pas ce que l’on croit

Mis à jour le 26/11/2018

L’ombre du Plan Schlieffen pèse sur l’histoire des débuts de la Grande Guerre. Si, aujourd’hui,  l’expression de Plan Schlieffen reste attachée  à une stratégie de guerre sur deux fronts, en vue d’abattre rapidement un adversaire –la France-, avant de se tourner vers l’autre –la Russie, cette perception ne s’applique pas au Plan Schlieffen originel, celui de 1905, le seul plan de Schlieffen. Dans celui-ci, la France était à première vue seule visée, mais dans une stratégie cherchant à atteindre l’Angleterre.

Continuer la lecture