Le char FCM 36, un engin splendide ?

Si le char Somua reste l’exemple d’un matériel français performant dans les épreuves de mai-juin 1940, le FCM36, plus modeste par les capacités comme par le nombre, apparait pour sa  part comme le meilleur des chars légers, « un engin splendide » iront jusqu’à écrire des officiers qui l’avaient mené au combat. Étrange paradoxe, au vu des épreuves traversées et des pertes éprouvées par les deux bataillons équipés de ce matériel. Continuer la lecture

Le Morane 406: des handicaps connus, des performances occultées

Le 10 Mai 1940, lorsqu’est déclenchée l’offensive allemande, le Morane 406 est numériquement le principal chasseur français. Il représente plus de la moitié des chasseurs présents dans les unités de métropole, 390 sur 724, et arme 13 groupes de chasse monoplace sur 24.   De ce fait, ses insuffisances, plaçant les pilotes français en infériorité systématique lors de leurs rencontres avec l’adversaire, devaient peser lourd dans le déroulement de la campagne.

Le meilleur chasseur du monde !

En mars 1937, seulement 3 ans avant la campagne de France, l’hebdomadaire Les Ailes traduisait un sentiment très répandu en France lorsqu’il écrivait que le Morane 405 était sans doute « le meilleur des avions de chasse modernes », comme il apparait dans l’encadré ci-dessous. 

Continuer la lecture

Novembre 1918: armistice prématuré, offensive annulée, victoire perdue ?

« En ces temps de commémoration de l’armistice de 1918, il est difficile de ne pas se poser la question, fondamentale, du caractère prématuré de l’arrêt des combats: l’Allemagne n’a pas été envahie, et avec une mauvaise foi indicible, Ludendorff pourra, nous le savons aujourd’hui, crier au coup de poignard dans le dos ! Et, au fond, c’est Pétain qui avait raison » : ainsi le directeur de la rédaction de la revue « 14-18, le magazine de la Grande Guerre » se faisait l’écho dans un éditorial, en Novembre 2009, d’une polémique marquante de l’entre-deux-guerres[1]. Continuer la lecture

Le Plan Schlieffen (1905) n’est pas ce que l’on croit

Mis à jour le 26/11/2018

L’ombre du Plan Schlieffen pèse sur l’histoire des débuts de la Grande Guerre. Si, aujourd’hui,  l’expression de Plan Schlieffen reste attachée  à une stratégie de guerre sur deux fronts, en vue d’abattre rapidement un adversaire –la France-, avant de se tourner vers l’autre –la Russie, cette perception ne s’applique pas au Plan Schlieffen originel, celui de 1905, le seul plan de Schlieffen. Dans celui-ci, la France était à première vue seule visée, mais dans une stratégie cherchant à atteindre l’Angleterre.

Continuer la lecture

L’inventeur du char d’assaut : un lieutenant autrichien

A l’origine du char d’assaut, on évoque souvent de brillantes œuvres d’anticipation, comme la redoute sur roue de  Léonard de Vinci ou les Ironclads de H.G. Wells. Le temps des inventeurs peut être fixé à  1903, quand le capitaine Levavasseur présente au ministre de la guerre un projet de canon de 75 sur affût automoteur [1]. Toutefois, l’engin de Levavasseur préfigurait plus un canon d’assaut qu’un véritable char, avec son armement en tourelle et ses possibilités tactiques. Continuer la lecture

La Division Doumenc (1928), précurseur de la coopération organique interarmes.

Parmi les auteurs français qui ont, avant-guerre, pensé le rôle d’une force blindée dans un conflit à venir, le commandant De Gaulle et le général Estienne tiennent une place dominante, le nom de Doumenc étant plus rarement évoqué. On le trouve cependant cité, avec celui du général Héring, comme promoteur du combat interarmes. Continuer la lecture

Les derniers chasseurs Bloch, 157, 1010, 1011, 1040: entre mythe et mystères

Mis à jour le 27/11/2018

Dans l’histoire de l’aviation, le patronyme de Marcel Bloch disparait avec la défaite de 1940. Comme pourra l’écrire son biographe Claude Carlier, « Marcel Bloch est mort à Buchenwald »[1]. C’est en effet sous le nouveau nom de Marcel Dassault, emprunté  au nom de guerre de son frère ainé que l’avionneur, rescapé par miracle du camp de concentration,  reprend ses activités après son retour. Il n’y aura donc plus de chasseurs Bloch, mais une prestigieuse lignée de Dassault qui, d’Ouragan en Mystère, de Mirage en Rafale, vont constituer les fleurons de l’industrie aéronautique française. Continuer la lecture